Voyage

Voyager à Saint Michel en Normandie

Saint Michel vu de la route sur le point d'arriver

Comment arriver

L'arrivée de paris C'est extrêmement simple. Nous étions à Paris et comme nous n'avions pas beaucoup de temps, nous avons décidé d'aller à la gare Montparnasse et de prendre l'un des nombreux TGV qui sortent adresse Rennes. Une fois là-bas, on peut choisir entre bus, train ou voiture de location. De Rennes jusqu'à l'abbaye il y a environ 85 kilomètres et il va à la ville de Pontorson qui est à environ 10 km de Saint-Michel ou Beauvoir qui est littéralement à deux pas. Rompre les coutumes du routard, et comme nous n'avions qu'une journée et demie à visiter, nous avons décidé de ne pas nous soumettre aux horaires de bus et de train et louer une voiture, car, dans moins d’une heure, nous voyions déjà au loin la statue de l’Archange Michel au sommet de l’abbaye, face à la côte normande.

Où rester

L'un des hôtels où vous pouvez séjourner pour visiter Saint Michel. Un quartier très calme et magnifique.

Il n'est pas difficile de trouver un hébergement de qualité Et l'infrastructure est très bonne pour choisir entre les auberges, les hôtels et même un camping. Le prix d'une nuit en chambre double dans un hôtel correct est d'environ 65 euros mais vous pouvez trouver quelque chose de moins cher dans les auberges ou les pensions. Bien sûr, une réduction de 35 euros est difficile (mais pas impossible pour un adepte de ViajaBlog).

La visite

Nous arrivons directement à Beauvoir, petit village situé à environ 5 km de l'abbaye. Vers midi nous avions déjà la chambre et après avoir déjeuné (le pot de moules-frites est obligatoire) nous sommes allés directement à notre destination. Quelque chose a attiré mon attention est le nombre d'Espagnols à la place. Après deux jours à Paris - j'ai été plusieurs fois et j'ai été surpris de ne plus voir d'Espagnols dans la capitale française - à Saint Michel, l'espagnol était de loin la langue prédominante.

Il existe une multitude d'informations sur Internet à propos de cet endroit. Pour moi, l’important était, outre la manière de s'y rendre et de se loger, de connaître le calendrier des marées en effet, bien que l'abbaye soit impressionnante, le paysage change beaucoup selon qu'il soit bas ou haut. J'ai eu une marée basse, mais je m'en foutais. L'approche de l'enceinte fortifiée par la digue qui relie la montagne à la côte est spectaculaire. Passionnant.

Malgré le grand nombre de visiteurs, cela ne donne pas un sentiment d'agglomération